.: Independant interviews and research materials to stimulate free thinking on the UFO phenomenon and related events. :.
Accueil | Archives | Recherche
-   
.:Menu


.:Paola's Books


.::.


Click on a book to find out how to get your own copy.

 

.:Email

.::.

 

 

 

CHANGER LA "DIRECTION PREMIERE" !
LA DETRESSE ET LE BONHEUR DE L'UFOLOGIE



Paola Leopizzi Harris

Paola Harris at Denver - Colorado

En ce moment , où le destin de l'humanité est suspendu à la menace du Moyen -Orient et que des milliers de civils innocents se trouvent pris en otage par des enjeux idéologiques et politiques des principaux pouvoirs de la Planète, QUELQU'UN regarde !

Nous, qui avons suivi le phénomène depuis le crash de Roswell en 1947, pendant les essais de la bombe atomique à White Sands, nous savons qu'alors quelqu'un regardait, de la même façon qu'actuellement, quelqu'un regarde.

Ceux qui participaient à la campagne du Pacifique , durant la seconde guerre mondiale, savaient que quelqu'un regardait, spécialement au-dessus de l'île de Titiman. Les Français qui exécutaient les tests nucléaires dans le récif Hao, de 1963 à 1969, savaient aussi ,qu'ils étaient observés. Un témoin, le géophysicien Guy Andronik, a raconté qu'il avait vu deux objets volants différents, voler au-dessus du lieu, et qu'il avait assisté à la poursuite vaine de ces intrus, par un avion . Cela montre, que c'étaient ceux, qui avaient pour directive première : "la non interférence", avec notre espèce primitive, dans sa période évolutionnaire".

En considérant ce scénario, je pense que nous sommes arrivés à un carrefour, non seulement de guerres et d'agressions, mais aussi d'une indifférence du public, devant les visites extraterrestres. On écoute les conférenciers, puis on rentre chez soi prendre une bière ou deux, et ça s'arrête là.

Récemment, une de mes amies proches, mettait le doigt dessus, et me disait "Je ne désire pas savoir, si ce sont des non-identifiés, Paola. J'ai assez de soucis comme cela."

Cela me rappelle une déclaration très décourageante, faite par John Lear, héritier de l'Aéronautique, dont le père avait crée les Jet Lear. Dans une récente interview, il commentait ainsi les efforts du projet "DISCLOSURE" (Révélation) et les recherches sérieuses dans ce but : "C'est un effort respectable, réalisé par des gens respectables. Malheureusement, ils n'ont pas la moindre idée des ramifications du sujet, qu'ils essaient de révéler. Dans leur innocence naïve, ils pensent qu'ils révèlent l'existence de soucoupes volantes venues de l'Espace. Mais ils ne réalisent pas, que personne n'est prêt à entendre cette information. Probablement 98 à 99 % des gens ne sont pas prêts. Cette révélation ne peut les aider dans leur vie de tous les jours, elle ne peut les aider à élever leurs enfants. Elle ne peut les aider à payer leurs impôts. De le savoir, ne leur apportera aucun bien. Cela ne peut même pas leur procurer un nouveau Dieu. En fait, même cela peut détruire leur foi dans l'ancien Dieu . Ceux qui sont pour la révélation, pensent qu'ils savent la VERITE sur les Soucoupes Volantes et qu'on peut le prouver. Ils désirent le faire savoir. C'est une extension de leur ego. Il faut laisser-faire. Ce n'est pas le moment, et ce ne le sera pas encore pour plusieurs générations. Détendez-vous. La révélation n'est pas notre business. Prenez un bon digestif et un "Cohiba Esplandido" et parlez en avec vos amis, mais n'essayez pas de remplacer Larry King et laissez le Gouvernement se débrouiller avec les soucoupes volantes au-dessus de lui. Les gens ne savent pas ce qui se passe au-dessus de leur tête. Ne les troublez pas."

Il a absolument raison. C'est ce qu'on constate sur la planète Terre, en 2006.

Mais les chercheurs pourraient se dire : "A quoi, bon ?"

Pourquoi se tracasser ?

Pour ajouter à ce tableau négatif, j'ai entendu récemment un invité d'une célèbre station de radio, commenter le refus de Buzz Aldrin, de reconnaître avoir vu des OVNI sur la lune pendant l'atterrissage d'Apollo 11. "Nous n'avons aucun indice de réelle preuve, qui accrédite l'existence des OVNI."

Je voudrais dire que si quelqu'un du calibre de Buzz Aldrin le nie, cela ne veut pas dire que d'autres astronomes le font aussi aussi. Pour ajouter l'insulte à l'injure, Buzz Aldrin dans le même interview a ressorti le vieil argument de la vitesse de la lumière, pour expliquer pourquoi les ET ne viennent pas ici. Avec la découverte des trouvailles de la mécanique quantique, nous savons maintenant, qu'aucun scientifique ne peut plus accepter cet argument. Cette déclaration nous plonge à des éons en arrière.

Est-ce que nous serons plus avancés, en annonçant la preuve que Buzz Aldrin nie avec tant de précaution, le fait qu'il a vu des OVNI sur la lune ?

En définitive, personne ne désire expliquer ce que sont les "boîtes" visibles sur les films-archives de la NASA sur la lune. Le seul qui le fasse, est Richard Hoagland sur son site

http://www.enterprisemission.com

Richard Hoagland analyse ces mystérieuses photos de la mission Apollo 11. Merci, mon Dieu !

En 2006, R. Hoagland, Steven Greer, Rejan Wood, Bill Hamilton sont encore en train de bosser, malgré la déclaration décourageante de Lear. Mais cela vaut-il le coup pour les chercheurs de mettre tant d'efforts et d'argent dans cette révélation, pour se heurter à l'apathie des gens ? C'est peut-être un problème spécifique aux USA. Je ne peux parler que de ce que j'ai constaté cette année.

Le 22 juillet 2006, le chercheur, Alejandro Rojas, du MUFON, a passionnément orchestré le rendez-vous du Colorado, sur le sol de la capitale de l'état du Colorado : Denver.

Alejandro Rojas

Dans le grand amphithéâtre grec, David Sereda spécialiste de documentaires en Californie, a parlé de son film : "Dan Akroyed-Nettoyage" .Léo Sprinkle senior, professeur et chercheur sur les enlèvements, de l'Université du Wyoming a exposé les études actuelles faites sur les enlèvements, et Ryan Wood a raconté les 60 crashes qui se sont produits après Roswell, crashes documentés dans son nouveau livre : "Majic -yeux seulement". Le policier de Denver, Ken Storch a parlé du docteur J.Allen Hynek, du cas de Lonnie Zamora, et de son authentique observation d'un OVNO sur le Colorado.

Paola Harris - David Sereda

 

Ryan Wood - Leo Sprinkle

 

D'un autre côté, il y a du bonheur dans ce travail. La Révélation se fait à un haut niveau. Jesse Marcel junior avait tout juste 11 ans, quand il vit et manipula les débris que son père avait étalés sur le plancher de la cuisine, pour les lui montrer. Ironiquement, dans une récente interview, Jesse Marcel junior m'a dit que récemment, il s'était entretenu avec des militaires qui rentraient d'Iraq. Avait-il parlé de la Révélation ?

Quand j'ai demandé à Jesse Marcel, (qui était notre invité spécial, à notre conférence de Rome, sur Roswell, en avril), pourquoi il voulait en parler et pourquoi, il venait d'écrire cela dans son nouveau livre appelé : "Roswell : c'est vraiment arrivé", il répondit : "Je désire que les gens sachent que nous ne sommes pas seuls dans l'Univers Ces êtres ont peut-être survécu à des conflits nucléaires, mais je ne suis pas sûr que nous, nous le ferons".

 

Paola Haris - Jesse Marcel Jr.

 

Dans le même ordre d'idée, il y a le témoignage d'Edgar Mitchell. Ce fut avec plaisir, mais sans surprise, que j'ai entendu Edgar Mitchell, à San Francisco, le 7 juin 2006, à l'Institut des Sciences Noétiques, répondre, lorsque je lui demandai s'il croyait aux OVNI.

Edgar Mitchell and the Moon

 

- "Je n'ai jamais douté que la vie existe sur les millions de planètes et de galaxies qui existent. Oui, je crois aux OVNI, mais je n'ai jamais eu personnellement d'expérience directe, sauf les confidences de personnes haut placées et "dans les secrets des Dieux", ou de ces vieux routards, qui avaient des emplois particuliers dans les services secrets. D'autre part, j'ai eu l'opportunité de me rendre au Pentagone, et j'ai posé de nombreuses questions à ce sujet à quelqu'un de très haut placé, et je lui ai donné mon avis, mais il m'a répondu qu'il ne savait pas, mais que ce devait être vrai. J'ai alors enquêté moi-même."

Mitchell continua : "Les gens savent que je fais partie du NIDS (National Institute of Discovery Science) et que j 'ai vu des événements qui sont très étranges et peuvent être reliés aux E.T. Nous savons avec certitude, que les Russes ont fait des rencontres et que des avions militaires ont poursuivi ces objets. Les Français aussi, ont rédigé le rapport COMETA, dans lequel des officiers de haut-rang ont parlé de leurs expériences et ont demandé au Gouvernement de prendre le problème avec sérieux. Il y a deux ans, la Belgique a fait connaître officiellement leur présence et puis, il y a aussi les compte-rendus venus du Mexique. Donc, ma réponse est : " oui ! Oui, le cover_up existe."

Mitchell ajouta : "Vous désirez savoir pourquoi il y a un cover-up ? Ce n'est pas très difficile à expliquer ! Cela date du milieu des années 40. L'incident de Roswell a eu lieu en 1947. A ce moment-là, le Président Truman succéda à Roosevelt. L'armée de l'Air devint l'US Air-Force. L'OSS fut démantelé et la CIA le remplaça. On ne savait pas trop " QUI se trouvait là ! "L'incident de Roswell se produisit.

 

 

Bon nombre de gens que je connais, furent appelés, pour enquêter, dont Werner Von Braun. Un comité de gens bien placés fut organisé par Truman. Ce Comité fut appelé Military Joint Intelligence Comittee, - Comité des services secrets et des miltaires) et il était composé de 12 individus. Son abréviation donnait MAJIC, ce fut le nom de cette organisation et bien que son nom ait changé maintes et maintes fois, ce comité existe toujours. C'est une des choses que mon contact m'a confirmé. Une loi fut votée : loi "Executive National Security" et on ne pensait pas qu'elle donnerait un tel pouvoir au Comité, avec les années, au point qu'il n'aurait à rendre de comptes à personne.

Même les Présidents ne pouvaient en faire partie. D'autres ont essayé en vain. A ma connaissance seul Eisenhower, et peut-être Kennedy furent les derniers à avoir accès pleinement aux informations".

Il y eut un applaudissement nourri, un de ces moments de bonheur, lorsque quelqu'un du calibre de Edgar Mitchell, l'astronaute d'Apollo 14, qui comme Aldrin, avait marché aussi sur la lune, eut le courage de parler publiquement de la question OVNI et témoigna d'une certaine ouverture d'esprit.

De même, Paul Hellyer, ex-ministre de la Défense au Canada, m'a dit que nous avions besoin de connaître l'histoire tout entière, avant que les pays versent des sommes d'argent colossales, pour repousser les aliens dans l'Espace.

Il a utilisé le mot "alien" (étranger) Nous avons besoin de les remercier pour ces petits pas vers la révélation, Ils nous encouragent à continuer.

Paola Harris - Paul Hellyer and wife

 

On m'a demandé souvent, pourquoi je travaillais dans ce domaine de l'information et de la révélation. Je dois admettre que je suis souvent découragée et que je pense à John Lear, qui se demande "si les gens attendent des réponses", mais je me rappelle aussi le docteur Hynek, le colonel Philip Corso, et le Dr Michael Wolf Kruvante, qui ne sont plus parmi nous. Ils pensaient :

1- que cela regardait la sécurité nationale, et que nous devions savoir sur qui on allait cogner, avant de le faire." Financer une guerre de l'Espace "est un problème politique ou plutôt exo-politique, peut-être la nouvelle guerre, dont Werner Von Braun, nous a mis en garde.

2- que si nous étions visités par plusieurs races, certaines pouvaient avoir des relations amicales avec nos espèces humaines. Avons-nous été inséminés par les étoiles, comme beaucoup de peuples indigènes le croient ?

3- Si ces visites ont de très anciennes origines, nous pourrions avoir besoin de récrire notre histoire vraie et de mettre nos archives à jour. C'est essentiel pour les générations futures.

Ce sont trois puissants arguments, pour continuer les recherches sur les OVNI, mais ceci nous ramène à l'état précaire de notre planète, devant chaque guerre. En plus d'être intéressée par les OVNI, je me rends compte après avoir vu le puissant film d'Al Gore : "Une réalité gênante" que d'ici 10 ans, nous aurons détruit entièrement notre environnement.

Poster of the film

 

Al Gore photo collage (by Paola Leopizzi Harris)

 

Al Gore - Paola Harris

 

A San Francisco, Edgar Mitchell, qui avait vu, lui aussi le film, déclarait :

"-Finalement observant ceci, et les ET. nous n'avons pas été capables de nommer un Président, capable de faire bouger les choses, dans tous les domaines, que ce soit aux USA ou dans les autres Pays. Je crois franchement que nous avons en ce moment, de plus sérieux problèmes devant nous, que la présence ET. Si ces créatures sont bienveillantes et certains en sont sûrs, elles peuvent peut-être nous aider du dehors. Mais il me semble qu 'elles essaient de conserver une attitude neutre, d'attendre et voir ce que nous faisons.

Notre problème majeur concerne notre survivance et notre mode de consommation. Toutes les facettes de ce problème, doivent être considérées de manière nouvelle, et l'avertissement sur l'environnement mondial d'Al Gore, en est le début. Je souhaite que nous connaissions un jour, tous ces faits cachés, si importants pour notre manière de vivre."

Finalement le Dr. Mitchell ou moi, avons ressenti le besoin de changer "la direction première" et de demander l'aide des Etoiles.

Edgar Mitchell - Paola Harris

 

 

Website administered by: UFO Think Tank.com

Copyright © 2007, Paola Harris.  All rights reserved.
Thank you for visiting!